EC(H)OS DE MOZAMBIQUE

Titre : La confession de la lionne

Auteur : Mia Couto

Edition : Paris, Éditions Métaillé, 2015.

Pages : 240

Résumé :À Kulumani, la mort se répand dans toutes les cases en ne prenant pour cibles que des femmes. Des lions mangeurs d’humains font ravage dans ce village oublié et la peur s’immisce jusque dans le souffle des habitants. Les femmes dont le quotidien est déjà rude en raison du poids du patriarcat, s’enlise davantage sous le poids de cette malédiction qui les décime. Mariamar -la sœur de la dernière victime, Silência, raconte, d’une part, le poids de cette double tragédie qui fait des femmes de son village des victimes du patriarcat et des félins. Elle décrit également son rapport avec ce village qui fait d’elle une étrangère et une bête sauvage, parce qu’elle n’a jamais su se comporter comme une femme. Pour comble de malheur, sa relation avec sa famille est encore plus conflictuelle, elle qui a fait à sa mère l’affront de mourir en naissant et de naître une fois enterré, près des berges du fleuve. À cette perspective féminine se superpose celle de l’illustre chasseur Arcanjo Baleiro, envoyé par le gouvernement pour exterminer tous les lions. Issu d’une famille de chasseur, Arcanjo a pourtant du mal à tirer sur l’animal, car ses membres supérieurs cessent de lui obéir à son contact.

EC(H)OS DE LA REPUBLIQUE DU CONGO

Titre : Le cri de la forêt

Auteurs : Henri Djombo, Osée Colins Koagné

Edition : Paris, LC Editions/ Editions Hemar, 2015.

Pages : 62

Résumé : Dans cette pièce théâtrale en quatre tableaux, la scène se déroule dans un village congolais, Mbala. Le chef du village Kamona, despote et autoritaire, incite les bûcherons à couper les arbres de façon anarchique et à aller les vendre. L’avidité de Kamona est telle qu’il est le seul à bénéficier de ce trafic, si bien qu’il refuse d’écouter les avertissements du forestier qui attire l’attention des villageois sur le danger encouru en ne respectant pas les règles en matière de déforestation. Dans cette histoire, le mythe de l’inépuisabilité de la forêt est tenace et la dépendance des villageois à l’exploitation de l’écosystème font qu’ils se ferment aux avertissements du forestier. Mais quand survient la sécheresse, Mbala et ses habitants, impuissants, sont contraints au déplacement et amenés à réfléchir à leurs responsabilités dans ce drame.

LE FONCTIONNAIRE : – […] Après avoir épuisé les meilleurs arbres, vous vous attaquez maintenant aux forêts des collines et des montagnes. N’étant plus absorbées par le sol, les eaux coulent partout, à grande vitesse, creusant des ravins profonds, détruisant routes et ponts. Cela se produit partout où la déforestation a dépassé les limites du soutenable. N’avez-vous jamais vu des maisons de ce village emportées dans l’abîme ?
MAMIE : – C’est l’œuvre des sorciers. (Elle sort, dépitée.)
LE FONCTIONNAIRE : -Vous trouvez des boucs émissaires pour vous consoler. Vous trouvez des sorciers partout, alors que c’est vous les fossoyeurs. (p.  21)

Réflexion écocritique : Avec ce récit, l’accent est mis sur l’importance de la sensibilisation dans la gestion de la crise écologique. L’ignorance des villageois – en grande partie responsable de la crise écologique qui va frapper Mbala – est alimentée par les préjugés des habitants. De fait, le forestier envoyé dans le village pour sensibiliser la population n’arrivera pas à convaincre les habitants puisqu’une longue tradition de croyances se dresse comme un mur entre l’agent de l’état et les villageois.

À ce facteur s’ajoute une réflexion sur les inégalités environnementales que pointe l’instituteur, lorsqu’il fait remarquer qu’il est demandé aux pauvres de fournir davantage d’efforts en matière d’écocitoyenneté alors que l’empreinte écologique des pays riches est beaucoup plus prononcée que celle de Mbala. Or l’absence de soutien du gouvernement et leurs nombreuses promesses n’encouragent pas les bûcherons à cesser leurs activités, par peur de se retrouver sans moyens de subsistances.

Dans cette pièce de théâtre, la responsabilité de chaque acteur est donc analysée : l’ignorance des villageois autant que l’absence d’une compensation gouvernementale adaptée aux besoins des villageois dont la survie est liée à la forêt. Comment cette communauté qui ne vit que grâce à la forêt, peut survivre si elle ne prend soin d’elle ? Ou, a contrario, comment peut-elle réduire son empreinte écologique sans que l’état ne la soutienne dans ces efforts ?

KAMONA : – Nous sommes des bûcherons depuis des générations. Comment allons nous vivre sans couper ni vendre du bois ? (p. °20)

Echos de la République du Congo : Dans Le cri de la forêt, l’attention du lectorat est portée sur le fait que ce qui rendrait les espaces inhabitables ne viendrait finalement pas en premier lieu des espaces fragilisés, mais plutôt d’une fracture relationnelle qui instaure une césure au sein de l’espace. Habiter dans une zone critique implique de voire les personnages déjà tourmentés par la situation écologique, devoir conjuguer en plus avec les tensions et les inégalités sociales entre d’une part le chef du village Kamona et ses habitants et d’autre part le gouvernement congolais et les villageois.Ces tensions expliquent les inégalités environnementales qui rendent instable l’espace de vie étant donné que ce dernier devient un motif de tension.Finalement, les problèmes environnementaux prennent autant d’ampleur dans ce récit en raison d’une difficulté à penser le vivant qui laisse songer que la fracture environnementale serait le résultat d’une habitation altéricide de l’espace.

Extrait : « C’est malgré tout bon à savoir, oncle. Vous avez agi par colère et ignorance. La calamité ne se serait pas produite si vous aviez écouté le message du forestier. Maintenant, le désert a envahi le village et sens environs. L’air est trop chaud, pollué. La vie est devenue insupportable. Ce n’est pas l’agent forestier qui souffre aujourd’hui, c’est nous ! Qu’allons-nous faire maintenant ? » p.21

Dieux cocos

De mers en mers

Tu as conquis l’île Curieuse

Dans un temps où l’homme n’était

Tu donnas vie à l’abandonnée du XVIe siècle.


D’îles en îles

Tu as sillonné l’océan jusqu’aux Seychelles

Implantant tes noix au milieu d’une végétation abondante

Tu t’en allais dans le ciel batifoler avec les étoiles.


D’odysée en odyssée

Cocos-de-mer habités par les dieux

Les habitants des côtes Malabar vous ont rendu un culte

Attention amoureuse, du crépuscule à l’aube, ils veillaient.


D’incantation en incantation

Shiva et Kali furent l’objet d’adoration

Tous se réfugiaient dans le Grand Tout

Pour vos chairs, vos parfums, vos orgies sacrés.


De ciel en ciel

Les étreintes exquises faisaient revivre le Jardin

L’humain comme jamais uni au plaisir fruité dans l’infini divin

Abreuvé par le nouvel arbre de la connaissance.


De côtes en côtes

Les pirogues vous ramenèrent des mutilés

Estropiés, lépreux, esclavagisés

Tous réapprirent à vivre grâce au care végétal.


De siècles en siècles

Les dieux cocos répandirent la manne sacrée

Jusqu’à la frénésie de l’accélération

Qui assécha les marais et rompit l’équilibre.

EC(H)OS DE LA REUNION

Titre: Cocos-de-mer et autres récits de l’océan indien

Auteure: Monique Agénor

Edition: Paris, Le serpent à Plumes, 2000.

Collection : Fiction française

Pages: 160

Résumé: Le recueil de nouvelles de Monique Agénor, regroupe des histoires venus de l’Océan Indien. Madagascar, les Comores, la Réunion, l’île Rodrigues, les Seychelles, l’île Maurice décrivent les relations entre les humains et les mondes végétaux et animaux. Cet imaginaire qui tire ses sources des mythes et croyances ancestrales livre des histoires de réincarnation, de possession surnaturelle, de divinités pouvant s’inscrire dans le registre de l’horreur. L’histoire de ce père qui a été contraint à tuer son fils pour préserver l’équilibre du village et s’attirer la bénédiction du dieu Zanahary parce que le  nouveau-né a eu le malheur de naître en plein cyclone en est un exemple. De même, la paisible vie de la petite Hadidja se voit bouleversée lorsqu’elle se fait violer par le Colon. Elle n’a la vie sauve que grâce à la bienheureuse parenthèse thérapeutique et onirique que lui offre le lac Andzé.

Chacune de ces histoires rappellent donc aux personnages humains qu’ils sont liés à l’environnement naturel. Lorsque cette relation se voit brisée en raison de la colonisation ou de l’anthropocentrisme comme on le voit avec Ravine à malheurs, Les larmes du solitaire ou Cocos-de-mer, le lien qui se rompt crée un déséquilibre et une rupture.

« Le vieil homme avait dit à Isaac que ces beaux oiseaux, premiers habitants de Rodrigues, avaient le caractère et la mentalité d’êtres humains pacifiques et sages, fiers et dignes.
Lorsque les Hollandais commencèrent à les massacrer pour leur chair et leur plumage, il n’était pas rare que le survivant versât des larmes devant la dépouille de ses compagnes et compagnons. » (95)


Réflexion écocritique: La capacité de la nature a prendre soin de l’humain et à le restaurer est un élément clé dans les nouvelles de Monique Agénor. Cette idée d’un care environnemental est omniprésente dans ce livre où l’on voit des serpent, lac et cocos, prendre soin d’un père endeuillé, d’une jeune fille violée, d’anciens esclaves. Le non humain entretient avec l’humain un rapport privilégié qui se matérialise par les valeurs du care c’est-à-dire par cette capacité à prendre soin. Dans ces nouvelles, il ne s’agit donc pas en premier lieu de prendre soin de la nature, mais plutôt de l’humain que les relations avec d’autres humains ont fragilisé. De ce fait, la réparation est à comprendre comme la quête d’un bien commun qui concernerait l’humain, l’animal, l’environnemental. L’éthique du care qui est une éthique relationnelle, nécessite de changer de paradigme pour créer une ouverture aux voies soumises à des dominations. Elle invite le lectorat à concevoir l’en commun comme une philosophie morale visant à construire un monde habitable et d’être connecté à son milieu. Cette prise en compte de l’altérité ne se fait pas dans la passivité, mais suppose que soient mises en pratique des méthodes dont la finalité serait la protection du vivant et la réparation des liens écouméniques. La chair du coco, l’étreinte du serpent, les larmes du solitaire, les pensées qui s’élèvent de la ravine à malheurs sont autant de pistes montrant les voix par lesquelles une réparation peut être envisageable.


Echos de La Réunion: La tradition se pose dans cette œuvre comme un lien unitaire qui consacre l’environnement naturel afin qu’il soit protégé des déviances. Dans la nouvelle qui donne son titre au recueil, Cocos-de-mer, Monique Agénor retrace l’histoire de ces arbres sacrés qui sont des acteurs majeurs dans la construction de l’océan Indien. Divinités jadis respectées, elles ont soigné les lépreux et les esclaves en les nourrissant de leur chair et de leur eau ; elles ont accueilli leur détresse et porté leur souffrance. Le rôle que joue la communauté dans ce processus de sacralisation est important parce que c’est elle qui le sacralise, le valorise et le charge d’une valeur singulière c’est-à-dire d’une « aura bienfaitrice » qui contribue à sa sanctification. Le sacré est donc inséparable de cette expérience religieuse et traditionnelle qui conduit à la divinisation et à la transcendance. Il fait sens en produisant une expérience psychique dont le but ultime serait la reproduction d’un jardin édénique terrestre. La relation entretenue entre les humains et la nature est maintenue par le respect de lois et de rites. Même quand ceux-ci peuvent rendre malheureux (Fils de la nuit, Les fous de Bhowani), ces éléments  se présentent comme l’une des voie qui permet d’être en phase avec la nature et de vivre loin des conformismes sociaux (La maison de Wencheng)

Extrait :

Tous des Noirs : Malgaches, Malais, Indiens, Africains. Nous comprîmes assez vite que ces Noirs, rescapés d’une société esclavagiste par le fait de la maladie, en se tournant vers nous (leurs premiers gestes avaient été d’entourer nos troncs de leurs bras mutilés, de baiser nos écorces de leurs lèvres blessées), se mettaient à la recherche de leur vérité […] Avec fierté, nous pouvons dire que nous y avons grandement contribué. Nous étions considérés par ces êtres souffrants comme les arbres sacrés de l’amour et de la vie. (124-125)

L’enfant et le désert

Le monde est désert

Dunes après dunes

Les grains orangés se marie à l’azur du ciel

Sous mes pieds, le sable brûle.


Le monde est désert

La folie anthropocène a tout détruit

Envolée, la ville et ses lumières

Ne demeure que la faim, insatiable.


Le monde est désert

Il ne reste que les yeux larmoyants des lézards

Les nuits, j’essaye comme eux de résister à la chaleur

Comme eux, mon corps s’enfonce dans le sable et je suffoque.


Le monde est désert

Les tempêtes disent que c’est irréversible

Depuis que l’aridité a gagné les cœurs humains

Il est impossible d’imaginer la pluie.


Le monde est désert

Il est loin le temps où l’on pouvait désirer des choses

Même mes rêves sont envahis de sable,

Il ne me reste que tes mots sans images pour m’accrocher à la vie.

EC(H)OS D’ESPAGNE

Titre : Imaginer la pluie

Auteur : Santiago Pajares

Edition : Paris, Actes Sud, 2017 [2011].

Pages : 304

Résumé : Dans ce roman, l’auteur nous fait suivre la vie de Ionah, de son enfance à l’âge adulte. Grâce à sa mère et aux personnes qu’il rencontre, il découvre que le monde n’est pas qu’une vaste étendue désertique et que le monde d’avant la crise causée par les humains, s’est éclatée en raison de l’ « envie » qui a germé dans les cœurs. Cette vie d’abondance qu’on lui dépeint, il a du mal à la concevoir, lui qui n’a jamais possédé quoi que ce soit. Si le dattier, le puits et l’apentis sont les seules choses qu’il a appris à chérir, c’est parce qu’il a appris à ses dépens que sa vie en dépendait dans cet enfer désertique. Alors, le jeune homme se met à envier les lézards et les serpents, qui parviennent à aimer cette vie. Mais surtout, après la mort de sa mère, il se donne comme tâche de raconter son histoire à l’encre de son sang, pour ne pas oublier comment le monde était avant le grand changement et pour ne pas perdre sa mère une seconde fois.

“Elle me décrivit des choses étonnantes. des instruments avec lesquels on pouvait créer des musiques, si belles qu’elles nous transportaient ailleurs sans changer de place. Des gens qui écrivaient sur du papier des histoires qui n’étaient arrivées que dans leur tête, un moyen pour eux de les partager.” p. 44

Imaginer la pluie, est aussi un livre sur le pouvoir de l’imagination. Comment imaginer le son d’un piano quand on a jamais entendu aucune musique ? Comment apprendre à siffler quand les seuls gestes appris sont destinés à survivre ? Comment imaginer un monde luxuriant quand on vit seul en plein désert ? Comment imaginer la pluie quand le désert règne en maître suprême ? Dans ce roman postapocalyptique, l’auteur nous invite à reconstruire le monde par le pouvoir de l’imagination et à trouver dans chaque être vivant les matériaux nécessaires pour cette reconstruction.

« Les tempêtes de sable, c’est la façon qu’a le dert de crier. Il nous rappelle qu’il a toujours été là, qu’il n’est pas que sable et soleil. Le désert nous parle, mais comme tous ceux qui parlent, il crie aussi ? » p.21

Réflexion écocritique : Le pouvoir de l’imagination est ce qui aide Ionah à survivre seul dans le désert après la mort de sa mère. C’est un élément primordial dans la reconstruction d’un vivre-ensemble pour les personnages et permet que soient abordées les thématiques politiques, sociales et individuelles Dans cette perspective, l’imagination environnementale rend (à nouveau) visible le monde naturel. Pour l’auteur, cette visibilité est essentielle pour le lecteur, en ceci qu’elle ouvre à l’analyse de la relation entre l’homme et la nature qui permettra de poser une éthique environnementale. C’est une façon de replacer la nature dans l’imaginaire, d’explorer sa complexité et d’examiner les différentes expériences spatiales qu’il est possible de réaliser. Faire une place à l’imagination environnementale revient donc à recréer une connexion entre l’humain et la nature.  Imaginer la pluie peut être à ce titre perçu tel un script vert qui propose en cela des alternatives écocentrées qui vont amener Ionah à se placer au-delà du clivage entre nature et culture, entre les espèces, et à vivre en habitant le monde autrement. L’imagination environnementale devient ainsi une vérité du réel mise en avant par une autre approche, celle de l’imagination littéraire, qui représente une possibilité d’éviter l’écocide.

Ec(h)os d’Espagne : Ce récit met l’accent sur l’importance des mots dans l’imaginaire environnementale. Les mots qui servent à décrire le monde d’avant ou celui d’après, les mots qui servent à dire la crise écologique, les mots qui devront expliquer au monde entier l’histoire d’Ionah et de sa mère…Ces mots là sont déterminants pour le personnage principal parce qu’ils lui survivront et réécriront l’histoire. Aussi n’hésite-t-il pas à écrire cette histoire à l’encre de son sang parce que ces mots qui témoignent de son réel auront la charge dire le monde. Ils ont la capacité, contrairement à lui, de cerner la crise environnementale et de poser une réflexion sur les liens entretenus avec le vivant. L’importance des mots qu’Ionah tentent à tout prix de léguer au monde s’explique ainsi par le fait qu’ils lui font rédiger un « script vert » ayant les moyens de traduire la complexité du monde. La place de l’écriture dans cette fiction environnementale est donc essentielle car les mots, leur choix, leurs agencements – et même leur absence – sont porteurs d’un sens chargé de transcrire ou de rejeter une vision du monde.

Extrait : « Voilà ce que je fais. J’imagine la pluie.
Mère en a vu beaucoup, et souvent. Pour elle, c’était une chose normale, sans importance. Pour moi, c’était inconcevable, de trouver normal de voir tomber l’eau du ciel. Je veux dire….l’eau du ciel ! C’est beau de le penser. ca fait mal de le penser.  » p.9

Yopougon

Yopougon qui porte nos errances

Commune qui s’étend vers des lieux incertains

Où naissent des amours et se tissent des amitiés.


Yopougon qui marque nos existences

Hétérotopie qui ouvre la voie à l’en-commun

Marqueur de nos identités et socle de nos rêves.


Yopougon qui avive nos vies

Tu découvres la beauté de ton Tout-Monde

L’espace et l’humain ne font qu’un.


Yopougon qui étend les possibilités

Tu mets en relation des espoirs et des destins

Sublimés par la chaleur de sa sociabilité.

EC(H)OS DE CÔTE D’IVOIRE

Titre : Aya de Yopougon

Auteurs : Marguerite Abouet, Clément Oubrerie

Edition : Paris, Gallimard Jeunesse, 2004.

Collection : Bayou

Tome : 2

Pages: 128

Résumé : Aya de Yopougon est une bande dessinée qui raconte la vie des habitants de Yopougon, une commune d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Dans ce deuxième tome de la série, la relation entre les habitants de la commune est mise en avant. En effet, l’histoire débute d’abord avec le mystère qui plane sur la paternité de Bobby – fils d’Adjoua et de Moussa – qui ne ressemble à aucun membre de sa famille paternelle, puisqu’en réalité Moussa Sissoko n’est pas son véritable père. Mais le père d’Adjoua qui ignore tout de la vérité, va mettre les membres de la famille élargie à contribution, pour calmer les soupçons de l’influente famille Sissoko. Puis, la trame narrative relate en parallèle les étranges histoires d’amour que vivent ses habitants : on peut noter celle de Bintou tombée amoureuse d’un ‘Parisien’ mythomane ; ensuite celle d’Albert qui entretient une relation secrète avec une mystérieuse femme que lui-même ne connaît pas très bien mais qu’il accepte de ne rencontrer que dans des endroits secrets ; en dernier on peut citer celle du père d’Aya, Ignace, qui a fondé une famille secrète à Yamoussoukro avec sa collègue. Ces histoires d’amour cocasses font vivre la commune au rythme des secrets et des mensonges Enfin, la commune est également en effervescence en raison du concours de beauté miss Yopougon qui enflamme les jeunes filles et parce que la grande Solibra (la Société de Limonaderies et de Boissons Rafraîchissantes d’Afrique) est en péril à cause du succès d’une bière artisanale à base de feuilles de palmier, le koutoukou.

Dans ce tome 2, le portrait des habitants de Yopougon s’affine davantage et apparaît dans des planches colorées, vivantes et drôles. Les tracasseries quotidiennes des personnages secondaires sont mises en avant, ce qui donne l’impression d’une toile où tous seraient liés : la vie des personnages (principaux ou secondaires) et les espaces (Yopougon et les autres espaces). Par ailleurs, la centralité de l’espace-personnage Yopougon apparaît encore plus clairement : référent géographique, marqueur identitaire, centre de sociabilité, en tant que lieu où reposent non seulement l’intrigue entière, mais aussi la vie des personnages. En ce sens, par la place qui lui est accordée, la commune de Yopougon devient un aspect important de cette histoire qui unit les personnages à un lieu précis tout en participant dans le même temps à créer des attaches entre les protagonistes.

« je suis libre…comme le vent dans le ciel »

Réflexion écocritique : M. Abouet a construit l’intrigue entière autour de l’espace. Les personnages semblent tous affiliés à des lieux précis si bien que l’intrigue se décline en dévoilant les expériences que les personnages ont avec ces espaces qui servent de matrices aux relations qu’ils entretiennent. Le père d’Aya par exemple, s’est créé une vie nouvelle à Yamoussoukro où il travaille et passe davantage de temps, en délaissant sa famille. Lorsque son patron décide de fermer l’usine qu’abrite cette ville, grand est son désespoir parce qu’il ne pourra plus voir cette seconde famille secrète qu’il peut voir et entretenir à l’ombre des regards. Cette double vie qu’il ne peut mener que parce qu’il se trouve dans un espace autre où il peut s’autoriser des infidélités fait de Yamoussoukro un espace de plaisir et de liberté. Ce passage d’un lieu clos (Yopougon) à un horizon ouvert (Yamoussoukro) chez Ignace est visible aussi chez d’autres personnages dont l’épanouissement semble dépendre des lieux par rapport auxquels ils se situent. C’est notamment le cas de Bintou qui trouve son bonheur à l’hôtel Ivoire, dans les bras de son amant ‘Parisien. Loin de lui, son quotidien lui paraît insipide et contrariant. Elle passe de moins en moins de temps en compagnie de ses amies Aya et Adjoua, et, n’aide que très rarement cette dernière à garder son enfant en dépit de ses promesses. Le comportement des autres habitants l’exècre au plus haut point : bruyants, sals, indélicats, malpolis…la jeune fille n’apparaît souriante que dans cet hôtel où elle peut oublier ses tracas. Son frère et elle se ressemblent en cela, puisque comme Bintou, le jeune homme d’habitude taciturne et peu bavard devient différent dans ces espaces périphériques qu’il garde secret.

“La belle cité de Yop City!
Réveillez-vous, l’heure est grave!

L’espace est aussi un élément déterminant dans la vie d’autres personnages dont la survie et l’existence semblent dépendre des lieux dans lesquels ils se trouvent : Adjoua et le marché où elle vend pour subvenir au besoin de son fils, Aya et Yopougon qui est l’espace relationnel de la jeune fille ou encore Hervé et le garage qui lui permet de gagner sa vie. Quand il s’en éloigne, le mal n’est pas loin de frapper Yopougon et ses habitants (on le voit avec Ignace et Yamoussoukro ou Bintou et Koumassi). Par ces éléments, la bande dessinée conduit son lectorat à être attentif à l’espace. On pourrait donc poser une analyse psychanalytique de ces espaces reliés à des identités narratives parce que c’est précisément dans ces spatialités que les personnages s’énoncent et donnent du sens à l’intrigue.

« la nuit tous les chats sont gris »

Echos de Côte d’Ivoire : Dans « le bonus ivoirien » qui conclut l’ouvrage, Marguerite Abouet aborde la thématique des « enfants du quartier » que l’on retrouve dans d’autres pays africains tels que le Gabon, le Cameroun ou le Congo Kinshasa. Les « enfants du quartier » désignent ces enfants qui sont nés et ont grandi dans un espace (quartier, commune, cité, village) où tous ont vu la grossesse de la mère évoluer et sont allés voir l’enfant à sa naissance (et à qui la mère a aussi présenté son nouveau-né). Le voisinage est lié géographiquement et affectivement au nouveau-né. Il donne à ce dernier des tontons et des tatas qui ont le devoir de le protéger, de le nourrir ou de le garder quand la mère est absente. Par ce lien, l’enfant est autorisé à jouer avec les autres jeunes du voisinage et même à jouer chez eux. L’enfant du quartier est membre d’une grande famille grâce à laquelle, tel que l’explique l’auteure, il « apprendra le partage et la vie en communauté. Par le biais de ce topos, il se crée ainsi un sentiment d’affiliation qui devient le socle d’une sociabilité.

“et le calme revint à Yopougon”

Extrait : « Lorsqu’un enfant est dans le ventre, il appartient à la mère. Lorsqu’il naît, il appartient à tout le monde. »

Désolation

Serait-elle arrivée

L’apocalypse que prédisait l’Ancien

Dans nos champs et vallées

Où brille le soleil

D’un éclat infernal

Qui révèlent la mort et la désolation?


Décharnés, les corps ravagés se décomposent

Désertés, les villages appauvris se vident

Désolés, les cœurs se fissurent au même rythme que les sols

Démunie, la Terre a vu des animaux pleurer

Désinvoltes, les citadins arrosaient leurs soirées de champagnes

Désunie, pauvreté et luxure cohabitaient.


Serait-elle arrivée

Cette nuit sans fin et ses nombreuses calamités

Porteuses de divisions et d’une lente agonie

Qui défigure le vivant

En faisant de sa beauté une légende

Dont on ne parlera plus qu’au passé?


Décharnés, les animaux se suicidaient

Désertés, les villages portaient la marque de l’inouïe

Désolés, tous s’en allaient chercher la vie ailleurs

Démunie, seule la fuite offrait de l’espoir

Désinvoltes, les villes accueillaient cette lie avec mépris

Désunie, la terre se fracturait par ces divisions.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search